Faire pétiller la joie !

Le joli mois de Décembre est déjà là, et quelques flocons chez certains (les chanceux !) annoncent l’hiver qui arrive à grands pas. Froid, humide, mais déjà les effluves des petits pains d’épices, des clémentines et des biscuits à la cannelle me remplissent de joie !

Vous l’aurez compris, je me réchauffe en travaillant sur la joie. C’est le thème du workshop que je fais en ce moment avec une merveilleuse photographe que j’admire beaucoup. Un mois entier de joie, à créer et partager avec d’autres photographes de monde entier, pour donner plus de vie encore à nos images. Cette formation amorce un virage dans mon approche de la photo, pour avancer vers ce que j’aime le plus : peindre les émotions, et plus encore, la joie de l’enfance !

J’ai passé beaucoup de temps à réfléchir ces derniers mois, à ce que je voulais faire d’Ajna Photo, à ce pourquoi j’avais envie de faire ce métier et à ce que cela représentait pour moi. Je sais désormais exactement où je vais. Ça a pris du temps, certes. Ça a pris le temps qu’il fallait pour expérimenter et apprendre, doucement mais surement, a exprimer ce que je voulais dans mes images. Je ne connais point de fruit qui soit sucré et doux sans avoir pris le temps de murir au soleil !

J’ai mis longtemps à assumer mes envies, à revendiquer mes choix artistiques par peur de “mal faire”. Mais peut-on vraiment “mal faire” quand on parle d’Art ? Notre manière d’exprimer quelque chose n’est-il pas propre à chacun de nous ? Brimer l’expression libre au nom de la sacro-sainte technique, n’est-ce pas étouffer l’âme de nos photos ?

Je pense que si l’expression est indispensable à la technique (une photo parfaite techniquement mais n’exprimant rien, ce n’est pas une bonne photo à mon sens !), on ne peut en revanche pas nier que l’inverse est faux : l’expression est parfaitement possible sans aucune technique. La technique n’a d’intérêt que si l’artiste veut s’en servir pour passer le message. Il peut tout aussi bien choisir de ne PAS s’en servir, pour passer son message ! Et ainsi aller à contre-courant des règles techniques de base pour appuyer son idée. Ce sont des choses qu’on voit souvent en peinture. Aller à contre-courant de ce qui se fait (ou faisait, à leur époque). Sortir des sentiers battus.

Je trouve cela plus difficile a assumer en photographie. Je me sens moins libre que devant une toile blanche, par peur de livrer trop de moi-même dans mes images (c’est très personnel comme travail, en réalité !), par peur que mes choix artistiques soit mal interprétés et considérés comme des erreurs techniques… sans doute parce que je ne maîtrisais pas parfaitement la post-production de mes images et que j’avais parfois du mal a leur donner le sens voulu. Il m’a fallu du temps pour savoir vers où aller, pour apprendre à sortir la photo que j’avais dans la tête.

J’ai donc beaucoup travaillé à améliorer ma technique de post-production, d’où sans doute un manque de cohérence dans mes photos, puisque j’en suis encore parfois à expérimenter des choses pour trouver ce qui me parle le plus. Je travaille aussi à l’expression, que ce soit via des workshops, des réflexions menées seule ou avec d’autres photographes, des critiques constructives, mais aussi en étudiant le travail d’autres artistes : photographes bien sûr, mais aussi peintres, sculpteurs, vidéastes, danseurs… le cœur de notre pratique reste la même : explorer et transmettre les émotions. Et ce workshop débordant de joie tombe à pic pour me conforter dans ma démarche.

Me voilà donc prête pour les batailles d’oreiller, les concours de saut sur les lits, les tourniquets, les danses endiablées et les attaques de chatouilles ! Retour en enfance (non, je mens, je n’en suis jamais vraiment sortie…), retour aux émotions primaires, brutes, sincères, entières, explosives… retour au cœur de soi, pour (re)donner vie à son enfant intérieur. Le mien… le vôtre. Faire exploser la joie dans vos cœurs pour vous donner envie de sauter sur les lits aussi, et de partager ces moments si précieux avec ceux qui nous montrent chaque jour comment rester insouciants et heureux jusqu’à la fin des temps : nos enfants !

C’était la minute “philo”, merci pour votre attention 😀 (que voulez-vous, je suis une incorrigible bavarde…)

 

 

This entry was posted in blog, News and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Faire pétiller la joie !

  1. Emma VG says:

    Te connaissant, tu saurais expliquer tes choix artistiques s’ils étaient incompris! Mais de toutes façons, tes photos parlent d’elles même!!

    • Elya says:

      Merci!! Et pourtant, pas sure que je saurais expliquer devant un photographe plus expérimenté, j’aurais plutôt tendance à m’excuser d’avoir prit la liberté de contourner la règle lol encore besoin de travailler la confiance en moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *